Menu Fermer

Le Wais, test haut-potentiel

Le test pour surdoué concernant les adultes est actuellement le Wais-IV.
Il se passe en 3 temps :
rencontre avec un ou une psychologue spécialisé(e) en haut-potentiel et premier entretien
test Wais : 10 subtests (+ parfois 5 complémentaires), pendant 1H30 à 3H selon les personnes.
restitution du test dans les 2 semaines suivantes en général (une éternité pour certains, bien décrite dans les témoignages de Zebrascrossing).

Le résultat est présenté sous la forme d’un QIT (Quotient intellectuel total) ou QI global, qui s’obtient par un calcul particulier sur la base de 4 indices :
ICV (Compréhension Verbale) : connaissances générales, vocabulaire, famille de mots
IMT (Mémoire de Travail) : mémoire des chiffres et calcul mental
IRP (Raisonnement Perceptif) chronométré : cubes, matrices et puzzles visuels
IVT (Vitesse de Traitement) chronométré : codes et symboles à compléter sur une grille.

Il arrive qu’il y ait des écarts importants de résultats entre les différents indices (de 100 à 140 selon les indices). Dans ces cas-là, le résultat est dit hétérogène (ce qui ne signifie pas que le diagnostic est négatif!).
Un véritable professionnel de la douance aura pris le temps d’identifier les stratégies du sujet mises en oeuvre pour passer les tests et le contexte global pour la restitution. Il ou elle s’appuiera également sur un calcul alternatif : l’IAG (Indice d’Aptitude Générale). Il s’obtient sur la base de subtests de l’ICV+IRP.
Pour ceux qui veulent maîtriser le Wais-IV, je vous recommande un post super sur les Tribulations d’un petit zèbre.

Le test Wais coûte en moyenne de 150 à 600€ en fonction des praticiens (parfois 900€ sic!). Il est important de prendre son temps pour choisir le bon interlocuteur (recommandé, bon feeling, reconnu par ses pairs…). Parfois la mutuelle prend en charge une part.

En dehors d’un résultat scientifiquement calculé, (ce qui permet d’ailleurs à certains zèbres de dépasser plus vite la phase de déni), passer le test permet d’apprendre à mieux se connaître quant à son fonctionnement cérébral. Il éclaire sur certaines prédispositions et d’autres zones d’ombre. Par la suite, c’est très moteur dans l’orientation professionnelle et les relations humaines.
Mais cette étape passe bien souvent par un grand chambardement émotionnel, surtout quand notre parcours scolaire et professionnel n’est pas d’une grande linéarité. Après avoir enfin peut-être trouvé une explication à tant d’errements, si le résultat n’était pas positif, on craint de ne pas s’en remettre.
Pour ma part, je le recommande, surtout pour les profils pragmatiques, les plus intuitifs en éprouvent bien souvent moins le besoin : ils savent et ça leur suffit.

Pour ceux qui passent par cette phase, je vous recommande trois démarches :
Lire, lire et reparcourir mon article sur les signes principaux du haut-potentiel.
S’amuser avec des tests en ligne sans s’inquiéter du résultat. Ils ne mesurent bien souvent que certains sous-indices. Mon QI, Memorado pour l’aspect émotionnel (très ludique et sans prétention) et pour les plus audacieux le test de la Mensa  sont intéressants à passer.
Assister à des conférences ou rejoindre un forum sur la douance : se reconnaître entre zèbres facilite la prise de conscience.

Dans tous les cas, c’est une formidable aventure à la découverte de soi-même !

Laisser un commentaire