Menu Fermer

QI et addictions

L’hypersensibilité et les intelligences particulières, bien souvent non-identifiées et vécues de façon douloureuse, conduisent parfois à des comportements auto-destructeurs. D’ailleurs, de nombreux artistes ont eu recours aux drogues et à l’alcool pour soulager leur douleur ou stimuler leur créativité: Beethoven, Baudelaire, Dostoievski, Hemingway… (Douglas Eby / Gifted Talented and Addicted) et aujourd’hui 20% de la population carcérale américaine est surdouée, (d’après les recherches de Marilou Keller Streznewsky / The Mixed Blessing of Gifted Grown Up).

Certains arrivent à transcender leur parcours, comme Manuella Hachet, devenue consultante internationale dans le domaine de la prévention des addictions (notamment auprès de la MILDT – Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie et de l’OFDT – Observatoire Français des Drogues et Toxicomanie), après avoir connu les addictions à en frôler la mort. Elle pose des mots simples et forts sur ces ressorts qui conduisent les zèbres plus que d’autres à l’addiction : “J’ai toujours eu l’impression d’être un “rond” dans un monde des “carrés”(…) On a alors deux options. La première est de s’affirmer en tant que “rond” (…) Pour les autres, surtout quand on est un hypersensible introverti, quand on voit tous ces “carrés” autour, on se dit ‘peut être il faut être un “carré” aussi”?
Addictions et surdoués : des connexions inattendues

Lorsqu’un adulte dépendant (alcool et/ou drogue(s)) actuel ou ancien est également concerné par la question de la douance, son parcours de détection est parfois plus compliqué. En effet, il arrive souvent que les tests de QI ne révèlent pas la réalité de son potentiel du fait d’un impact durable de la prise de substances sur les neurones et le nombre de connexions entre eux.
Pour exemple, l’étude Dunedin faite en Nouvelle Zélande sur 1037 sujets a enregistré une baisse de QI de 8 points entre leur 13 ans et leur 38 ans, pour les consommateurs réguliers. Impact des addictions sur les tests de QI 
Il n’en demeure pas moins que le potentiel reste sur de nombreux aspects et notamment dans sa relation aux autres et son exigence envers soi-même. S’en remettre aux traits de caractères dans un premier temps, puis consulter un(e) psychologue spécialisé(e) en haut-potentiel/surdoué permet alors de s’approprier malgré tout ses particularités. Elles peuvent alors éclairer de manière puissante son parcours de vie et donner des clés nouvelles pour gagner en sérénité.

 

Laisser un commentaire