Menu Fermer

Plusieurs profils Hp, lesquels ? Pourquoi ?

Au fil de mes recherches et lectures, j’ai réalisé qu’il n’y avait pas 2 surdoués qui se ressemblent, même s’ils peuvent se comprendre plus facilement.
Ainsi, certains ont un parcours scolaire et professionnel fulgurant alors que d’autres changent de métiers tous les 2 ans et n’ont pas forcément le BAC.
Certains peuvent être très entourés, en couple, avec des enfants, d’autres sont plus solitaires, le vivant plus ou moins bien.
Certains détonnent dans leur allure et sont hyper connectés à leurs émotions. D’autres sont plus discrets ou cousins germains de la reine des neiges.

J’ai cherché à comprendre pourquoi ?
La douance est une particularité neurologique, d’origine génétique (avec laquelle on naît donc). Mais en fonction de son tempérament (introverti ou extraverti), de son étayage familial (relations aux parents) et de ses expériences de vie, certains potentiels s’expriment plus que d’autres accentuant certains talents et provoquant certaines difficultés.

En étudiant ces différents curseurs de plus près, je les ai synthétisés en 5 points qui me semblent déterminants dans sa façon d’être surdoué.e :
le rapport qu’on entretien avec le regard extérieur, et en corollaire immédiat avec le conflit et la solitude.
le degré d’exigence propre à chacun et le lien avec la confiance en soi et le sentiment d’imposture
la gestion des émotions et la capacité intuitive
le rapport au temps et à la frustration
des éventuels psychotraumatismes expérimentés dans l’enfance/l’adolescence
la présence de troubles complémentaires comme les Dys ou des traits autistiques par exemple, qui se compensent et se masquent mutuellement.

Pour mieux cerner son profil, il y a notamment deux aspects qui offrent un éclairage intéressant selon moi : sa part d’organique/méthodique et sa part de masculin/féminin.

PLUTÔT ORGANIQUE OU MÉTHODIQUE ?
J’ai identifié ces 2 profils en croisant les recherches de Fanny Nusbaum, Olivier Revol et Dominique Sappey Marinier sur le complexe et le laminaire, avec des données anthropologiques, sociologiques et psychologiques ainsi que des enquêtes que j’ai conduites auprès de plus de 150 HP.
Les PROFILS ORGANIQUES sont très connectés à leurs émotions, donc intuitifs, avec une pensée globale, une tendance à la procrastination et l’insomnie, une bonne capacité d’apprentissages en autodidacte et un plus grand risque de syndrome du sauveur. La gestion de la frustration est particulièrement difficile pour eux.
Les PROFILS MÉTHODIQUES sont dans l’efficience permanente : ils optimisent le temps investi en regard des objectifs attendus. Ils ont tendance à être sur tous les fronts avec un risque accru de burn-out et d’addictions. Ils ont une grande sensibilité mais les émotions sont contenues car leur besoin de maîtrise prédomine.
Chaque HP présente une part d’organique et de méthodique, avec souvent une dominante néanmoins.

SA PART DE MASCULIN ET DE FÉMININ :
La part de féminin/masculin est également présente de façon plus accrue chez les surdoués. Ainsi, un franc-parler, une analyse rapide des enjeux, un niveau d’exigence élevé et une certaine audace (dans les affaires par exemple) sont anthropologiquement dédiés à un comportement masculin. A l’inverse, une forte sensibilité, une grande empathie et une recherche de conciliation sont plus naturellement dévolues à un comportement féminin. Or les HP ont plus facilement des prédispositions pour les deux aspects. Pour plus de détails, j’ai développé cet aspect dans un article à part entière.

Au final, chaque HP a une part d’organique et de méthodique, un côté plus masculin et l’autre plus féminin et un rapport particulier avec le temps et l’exigence. L’idée est de mieux comprendre ces différentes parts pour trouver un équilibre personnel.
Mon 2nd livre « La caméléone » offre un focus sur ces éléments, plus particulièrement pour les femmes surdouées même s’il peut parler à tout le monde.
Pour celles et ceux qui veulent approfondir ces sujets, j’ai conçu un test de profilage comportemental HP, à la demande de Julie et Meryl (elles viennent de créer un organisme de formation et de bilan de compétences pour accompagner les HP en reconversion professionnelle et/ou en recherche de plus de cohérence et de sens dans leur vie). Mon test ne remplace pas un test WAIS. Je me suis servie de mes compétences en marketing et communication, en sociologie et de mes lectures pour le concevoir. Il donne des clés pour mieux identifier les différents aspects décrits dans cet article. Sur la base de l’entretien et des résultats, je réalise un livre-parcours personnalisé avec des focus illustrés sur certains aspects comportementaux.

On me demande souvent à quoi ça sert de se savoir HP ?
Cela dépend de son contexte personnel et de son estime. Si on se sent bien dans ses baskets et dans sa vie, cette information ne change pas grand chose si ce n’est mieux accompagner son entourage.
A l’inverse, si on compose avec des doutes (plus ou moins inconscients) sur ses compétences ou sa valeur; si on rencontre des difficultés au travail ou dans ses interactions sociales… se découvrir surdoué.e offre alors de nombreuses clés pour mieux se comprendre et comprendre le monde qui nous entoure. C’est un peu comme trouver le fil de la pelote pour dénouer les nœuds qui nous semblaient emmêlés jusque-là. On découvre enfin une cohérence qui vient expliquer l’ensemble. Toute l’énergie qu’on passait à essayer de se conformer à la norme ou à se remettre en question sur des sujets séparés, on peut alors la consacrer à cheminer pour s’accepter tel qu’on est, dans sa globalité. Cela permet aussi de cicatriser ses blessures du passé plus efficacement. On peut alors faire des projets plus en phase avec ses valeurs et aimer les autres, HP ou non, plus librement.