Menu Fermer

Ennéagramme et surdoués

Enneagramme et haut-potentiel

L’ennéagramme est un outil de découverte de soi et des relations interpersonnelles, inventé initialement par Georges Gurdjieff, sous un concept plus ésotérique. Il est à présent enseigné dans les grandes universités américaines aux cadres et futurs dirigeants d’entreprise dans les cours de management.

Les types 2, 3 et 4 appartiennent au centre émotionnel, tandis que les types 5, 6 et 7 sont davantage dans le centre mental et les types 8, 9 et 1 dans le centre instinctif. Aucun des types n’est mieux que les autres, ils permettent simplement de mieux comprendre nos ressorts intérieurs et ceux des autres. L’objectif est par contre de rééquilibrer ses trois centres pour s’épanouir.

En effet, chacun d’entre nous a un centre et un type préférentiel, qui prend notamment le dessus en cas de stress ou de conflit.
L’identifier nous permet de mieux cerner nos traits de caractères fondamentaux et les liens privilégiés que nous organisons plus facilement avec certains que d’autres.

  1. le perfectionniste veut avoir le contrôle sur lui-même. Pour éviter la colère (sa compulsion), il cultive la rigueur (son orientation). Il cherche à être quelqu’un de bien et reste convaincu qu’il y a toujours quelque chose à faire pour y parvenir. Développer la patience (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent la trahison ou l’humiliation.
  2. l’altruiste perçoit les émotions des autres grâce à sa grande empathie. Il veut les aider à surmonter leurs difficultés, ce qui valorise alors son ego. Pour éviter de reconnaître ses propres besoins (sa compulsion), il donne de l’amour aux autres (son orientation). Accroître l’humilité (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent le rejet ou l’humiliation.
  3. le battant est ambitieux. Pour éviter l’échec (sa compulsion), il cherche par tous les moyens à se réaliser (son orientation). Il peut prendre des risques, être opportuniste et mentir pour y parvenir. Tendre vers plus de vérité (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent le rejet ou l’injustice ou l’humiliation, liée à un sentiment de mépris.
  4. le sensible est attentif à ses émotions. Il recherche ce qui est beau et/ou original. Il a parfois du mal à traduire ce qu’il ressent. Son imaginaire et ses qualités d’écoute sont grandes. Pour éviter la banalité (sa compulsion), il cultive l’esthétisme (son orientation). Apprécier des contentements plus simples (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus d’apaisement. La blessure activée est l’abandon.
  5. le savant veut saisir le fonctionnement du monde. Pour éviter son vide intérieur (sa compulsion), il cultive la connaissance (son orientation). Curieux insatiable, il n’aime pas particulièrement transmettre son savoir. Il a de bonnes capacités d’analyse et de synthèse. Tendre vers plus de désintéressement (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent le rejet ou l’abandon qui a suscité un fort sentiment d’insécurité.
  6. le loyal doute de lui-même et de ses décisions. Il recherche un cadre structuré et stable (auquel il sera dévoué) comme référentiel pour pouvoir prendre des décisions logiques. Il trouve facilement des solutions à tous les problèmes. Pour éviter la déviance (sa compulsion), il cultive la loyauté (son orientation). Aiguiser son courage (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent la trahison ou l’injustice.
  7. l’épicurien veut avant tout profiter de la vie et fuit les situations de conflit ou sombres. Pour éviter la souffrance (sa compulsion), il cultive la joie de vivre (son orientation). Plus de tempérance (sa vertu) peut lui permettre de se poser davantage. La blessure activée est bien souvent l’abandon ou l’injustice.
  8. le leader veut avoir un impact sur les autres. Pour éviter la faiblesse (sa compulsion), il fait montre de courage (son orientation). Il cherche à avoir du pouvoir sur les autres. Cultiver la simplicité (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent l’injustice.
  9. le médiateur est calme et agit peu. Pour éviter les conflits (sa compulsion), il cultive l’acceptation et le soutien (son orientation). S’encourager à plus d’activité (sa vertu) peut lui permettre de trouver plus de sérénité. La blessure activée est bien souvent le rejet.

Laisser un commentaire