Menu Fermer

Le manège

T’es monté dans l’manèg’ de la vie…
T’étais pas sûr d’avoir tout compris,
Et puis, t’étais encore tout petit,
Pas trop d’amour, plutôt de « l’eau d’vie »,
Au quotidien, des larmes et des cris,
Pas d’rancœur, ils avaient des soucis !

T’as pris soin, tu t’es mis à l’abri :
T’as fait semblant dehors pour l’oubli;
Tu t’es perdu dans la galerie !
T’as filé, dès qu’t’as eu le permis,
Prêt à croquer la pomm’ de la vie;
Mais t’avais pas encore bien compris…

D’autres tickets, t’as alors repris,
D’autres manèges, mais mêmes raccourcis :
Un faible pour ce qui mont’ et détruit.
T’es pas trop con, tu t’en es sorti…
C’est pas ceux qu’on croit les plus gentils
Le problème c’est qu’on t’a mal appris !

Du temps pour toi, tu as alors pris.
Tu t’es trouvé, enfin tu pétilles :
Chaqu’ jour tu trouves que le soleil brille.
Ça éblouit, créé des jalousies,
Mais tu n’veux pas résoudr’ leurs soucis,
Chacun ses chevaux et sa partie.

Comme tu n’sais pas vivre accroupi,
Y’en a encor’ qui se glissent sans bruit,
Tu les reconnais plus vite, et oui !
Ancré dans tes besoins, tes envies,
T’as du mal à croire qu’on t’a menti
Il suffit de tout mettre sur l’tapis.

Dans ta têt’, ça tourne sans répit…
Faut qu’ça sorte, t’a soufflé un ami !
Quitt’ le manèg’, ton chemin poursuis,
Mets des mots sur tes maux… démeurtris !
Je sais bien qu’de douceur, tu t’languis :
Fais-lui de la place, elle arrive promis

De petit rien, ta vie se remplit,
Le partage passe par plein de circuits :
Juste un sourire, un échange, un fruit,
Dans tous les cas, un geste gratuit
Qui donne du sens à ce que tu vis
Et te pousse à poursuivre ton récit !

Laisser un commentaire