Menu Fermer

La vie en rayures

Un cerveau toujours en ébullition,
Avec les autres, jamais la même vision !
En voyage dans ton imagination,
Sans trop le vouloir, en révolution.

Souvent un langage d’une grande précision,
Un humour qui frôle l’incompréhension,
Parfois d’une grande introversion…
Ou alors travesti(e) en gai luron.

Une furieuse mémoire sans décompression,
Une exigence hors norme comme distinction,
Des « dys » en pagaille brouillent les notations.
Le mode « avance rapide » pour toute gestion.

Le cœur sans cesse au bord des émotions !
Empathique à en perdre la raison,
D’une naïveté frôlant l’aliénation,
Doté(e) souvent d’une sacrée intuition.

D’une maladresse qui te classe hors saison,
Susceptible, mais d’une grande adaptation,
L’ anxiété t’envoie souvent au charbon.
Or ton manque d’estime est TA restriction !

Victime idéale de la perversion ;
A force d’excuser les aberrations.
La folie est ta pire appréhension…
Sache qu’en ta faille se cache ta solution !

Peintre, musicien, écrivain, action !
Acteur, chanteur, danseur, à profusion,
Fonctionnaire, libéral, sans abstention,
Souvent Rmiste : probable équation…

Tu es un zèbre, c’est ma révélation !
Ce trop en tout qui dérange sans caution
Qui traque d’instinct toutes les contradictions
Garde ! Ton don frise l’insubordination.

Super-héros sans honneur ni caleçon !
Ta solitude, si précieuse précaution…
S’efface, quand au détour d’une passion,
Tu croises la route d’un de ces compagnons.

Laisser un commentaire